Archives du mot-clé tuta absoluta

BSV cultures maraîchères – Octobre 2018

>> Télécharger le BSV cultures maraîchères d’octobre 2018 <<

A retenir :

Météorologie : Pluviométrie largement excédentaire sur l’ensemble du département avec des précipitations 2 à 3 fois supérieures à la normale. Les températures sont elles aussi au-dessus des normales de saison avec un écart moyen global de + 0,4° C.

Suivi des parcelles fixes :

Tomate : apparition de mildiou et Botrytis, moins de ravageurs observés.

Pomme de terre : parcelles récemment plantées, risque important de mildiou.

Laitue : pourriture du collet et Botrytis en augmentation.

Cucurbitacées : attaque des mouches des légumes en légère hausse.

Observations ponctuelles :

Mouche du chou signalée.

Apparition de gale bactérienne et anthracnose sur Solanacées.

Toujours de nombreuses parcelles de Cucurbitacées virosées.

L’oïdium est toujours présent sur de nombreuses cultures.

État sanitaire des cultures sous abri :

Les attaques de ravageurs sont plus importantes avec par ordre d’importance l’aleurode, suivi de Tuta absoluta.

L’oïdium est présent sur la plupart des parcelles et le Botrytis est en augmentation.

Le virus Y de la pomme de terre (PVY) est la principale virose rencontrée avec un niveau d’attaque stabilisé.

BSV cultures maraîchères – Juin 2018

>> Télécharger le BSV – cultures maraîchères de juin 2018 <<

A retenir :

Météorologie : pluviométrie contrastée entre l’Ouest fortement déficitaire et l’Est correctement arrosé.

Les températures sont très proches de la normale.

Suivi des parcelles fixes :

Tomate : peu de ravageurs relevés, attaques cryptogamiques et flétrissement bactérien en nette baisse.

Pomme de terre : situation sanitaire satisfaisante.

Laitue : pourriture du collet et botrytis parfois rencontrés malgré l’absence de pluies.

Cucurbitacées : mouches des légumes toujours présentes mais légère diminution des attaques.

Observations ponctuelles :

Poivron : présence de tarsonèmes.

Aubergine : attaques de cicadelles.

– État sanitaire des cultures sous abri :

L’oïdium reste la maladie la plus préoccupante sur tomate et autres cultures de diversification sous abri.

Le virus Y de la pomme de terre (PVY) est toujours signalé.

>> Télécharger le BSV – cultures maraîchères de mai 2018 <<

A retenir :

Météorologie : pluviométrie déficitaire de 30 % au niveau départemental mais contrastée entre le Sud et l’Ouest où il n’a pratiquement pas plu et l’Est qui a été correctement arrosé.

Les températures sont très proches de la normale.

Suivi des parcelles fixes :

Tomate : peu de ravageurs relevés, attaques cryptogamiques et flétrissement bactérien toujours d’actualité.

Pomme de terre : prédominance du mildiou sur de nombreuses parcelles, mais qui devient moins problématique.

Laitue : pourriture du collet et Botrytis fréquemment rencontrés.

Cucurbitacées : mouches des légumes toujours présentes avec un niveau d’attaque assez élevé.

Observations ponctuelles :

Focus sur les maladies physiologiques fréquemment rencontrées sur plusieurs cultures, désordre consécutif à une climatologie hors norme du début d’année.

– État sanitaire des cultures sous abri :

De nombreux ravageurs sont présents avec prédominance de l’aleurode et de la noctuelle de la tomate.

L’oïdium et le mildiou sont signalés sur la moitié des parcelles.

La présence du virus Y de la pomme de terre (PVY) est en diminution.

BSV cultures maraîchères – Avril 2018

>> Télécharger le BSV – cultures maraîchères d’avril 2018 <<

A retenir :

Météorologie : précipitations relevées plus de deux fois supérieures à la moyenne décennale, ces fortes pluies étant dues à la forte tempête tropicale FAKIR, qui a fortement impacté l’Est et le Sud-Est en ce qui concerne les vents et l’ensemble du département pour les précipitations.

Les températures sont légèrement inférieures à la normale.

Suivi des parcelles fixes :

Tomate : peu de ravageurs relevés, attaques cryptogamiques et bactériennes importantes sur les rares parcelles restantes en culture.

Pomme de terre : des parcelles ravinées, des plants détruits, de nouveau des dégâts sur cette culture.

Laitue : forts dégâts sur les parcelles, pourriture du collet et Botrytis généralisés.

Cucurbitacées : mouches des légumes toujours présentes, aucune parcelle de courgettes suivie.

Observations ponctuelles :

Dégâts importants sur cultures sous abris suite au passage de Fakir.

Conduite à tenir après le passage d’un cyclone.

Etat sanitaire des cultures sous abri :

Peu de relevés ont pu être réalisés. De nombreux ravageurs sont présents dont la mineuse Tuta absoluta.

Forte présence du PVY (virus Y de la pomme de terre) sur tomate.

BSV cultures maraîchères – Mars 2018

>> Télécharger le BSV – cultures  maraîchères de mars 2018 <<

A retenir :

Météorologie : il a plu en moyenne 2 fois plus que d’habitude, précipitations dues à 2 systèmes dépressionnaires, le cyclone Dumazile et la tempête tropicale Eliakim .

Les températures sont légèrement supérieures à la normale.

Suivi des parcelles fixes :

Tomate : peu de ravageurs relevés, attaques cryptogamiques et bactériennes importantes sur les rares parcelles restantes en culture.

Pomme de terre : des parcelles ravinées, des plants détruits, des nouvelles plantations mises à mal.

Laitue : forts dégâts sur culture, pourriture du collet et Botrytis généralisés.

Cucurbitacées : mouches des légumes toujours présentes, aucune parcelle de courgettes en production.

Observations ponctuelles :

Dégâts importants sur cultures légumières suite au passage de Dumazile.

Conduite à tenir après le passage d’un cyclone.

État sanitaire des cultures sous abri :

Peu de relevés ont pu être réalisés. De nombreux ravageurs présents dont la punaise N. tenuis et Tuta absoluta.

Fiche phytosanitaire mineuse de la tomate

>> Fiche phytosanitaire Tuta absoluta <<

Fin février 2018, la mineuse de la tomate, Tuta absoluta a été repérée sur 2 parcelles sous abris du sud de l’île à Saint-Joseph.

Il s’agit de la première détection de ce papillon sur notre île. Il s’agit d’un des plus redoutables ravageurs de la tomate au niveau mondial. Des prospections sont en cours afin de vérifier l’étendu du foyer.

Ce Lépidoptère se caractérise par des mines larges sur les feuilles qui contiennent une chenille et ses déjections. Au dernier stade, la chenille mesure 8 mm environ. L’adulte est actif en début et fin de journée. Sans mesure de gestion, il peut y avoir une perte de 50 à 100% de la production.

Vous trouverez dans cette fiche, la biologie, la reconnaissance et les mesures à mettre en place en cas de présence de T. absoluta sur vos parcelles.

Pour toutes suspicions, et pour confirmer la présence de nouveaux foyers, merci de contactez :

  • la FDGDON au 0262 45 20 00
  • la DAAF, Service de l’Alimentation au 0262 33 36 68

BSV cultures maraîchères – Février 2018

>> Télécharger le BSV – cultures maraîchères de février 2018 <<

A retenir :

Météorologie : fort déficit hydrique sur tout le Nord-Est et l’Est, par contre la pluviométrie du Sud et de l’Ouest est normale à légèrement excédentaire, suite aux passages de fréquentes ondées orageuses.

Les températures sont légèrement inférieures à la normale.

Suivi des parcelles fixes :

Tomate : peu de ravageurs relevés, attaques cryptogamiques et bactériennes importantes sur les rares parcelles restantes en culture.

Pomme de terre : des parcelles ravinées, des plants détruits, des nouvelles plantations mises à mal.

Laitue : forts dégâts sur culture, pourriture du collet et botrytis généralisés.

Cucurbitacées : attaques importantes de mouches des légumes sur chouchou, aucune parcelle de courgettes et melons en production.

– État sanitaire des cultures sous abri :

Forte pression sanitaire sur les cultures sous abri. Le nombre de ravageurs et leurs niveaux d’attaques sont en augmentation, il en est de même pour certaines maladies cryptogamiques et bactérioses aériennes favorisées par une hygrométrie élevée.

FOCUS : nouveau ravageur, la mineuse de la tomate Tuta absoluta à été signalée chez deux serristes des hauts du Grand Sud.

BSV cultures maraîchères – Février 2016

>> Télécharger le BSV – cultures maraichères de février 2016 <<

A retenir pour ce BSV :

Météorologie, fort excédent pluviométrique, températures plus élevées que les moyennes décennales.

Suivi des parcelles fixes :

Tomate, baisse des populations d’aleurodes, moins de TYLCV mais toujours des fruits piqués (mouches),

Pomme de terre, aucune plantation en place,

Laitue, TSWV, mineuses et pourriture du collet, d’autres agents pathogènes identifiés suite à une série de plusieurs prélèvements effectués chez 4 producteurs,

Cucurbitacées, forte pression des mouches des légumes.

 

Rappel: Surveillance du territoire, reconnaissance des symptômes de Tuta absoluta sur tomate.

BSV cultures maraîchères – Août 2015

>> Télécharger le BSV – cultures maraîchères d’août 2015 <<

A retenir pour ce BSV :
– Météorologie
Une pluviométrie toujours inférieure à la moyenne décennale sauf dans l’Ouest et des températures en baisse, mais restant
légèrement supérieures aux normales saisonnières.
– Suivi des parcelles fixes
Tomate : moins de TYLCV, mildiou présent mais correctement maîtrisé, absence d’attaques de ravageurs.
Pomme de terre : mildiou contenu, pas de problème notable mis à part l’attaque déjà signalée de flétrissement bactérien.
Laitue : présence de thrips avec pression moindre du TSWV, mineuses toujours présentes, peu de pourritures du collet.
Cucurbitacées : peu de fruits piqués.
– Remontées de terrain des parcelles flottantes
Viroses sur pastèques, résultats des analyses (source Clinique du végétal).
Fortes attaques d’oïdium sur différentes cultures.
FOCUS – Alerte : premier signalement de la mineuse de la tomate Tuta absoluta (Lépidoptère) à Mayotte.

Alerte Tuta absoluta à Mayotte

Depuis le 18 août 2015, le Service de l’alimentation de Mayotte a confirmé la détection pour la première fois de la mineuse de la tomate (Tuta absoluta) qui est un papillon ravageur de la tomate mais aussi d’autres Solanacées comme l’aubergine, le poivron et la pomme de terre. Deux foyers ont été détectés sur des cultures de tomate en plein champ à Combani, dans le nord, et à Dembéni, dans le centre de l’île. À ce jour, les services de la DAAF sont intervenus rapidement sur les 2 foyers pour éviter la dissémination du ravageur. Des mesures de destruction ont d’ores et déjà été prises sur les 2 exploitations agricoles concernées. Un plan   de   gestion   à   l’échelle   du   territoire   est   actuellement   mis   en   œuvre, associant   étroitement   les   professionnels   agricoles.   Les   contrôles   des   produits concernés seront également renforcés lors l’entrée sur le territoire de Mayotte (par voie maritime ou aérienne).

Il s’agit également de la première détection dans l’Océan Indien de cet organisme de quarantaine. Ce papillon est classé à l’annexe 2 de l’arrêté préfectoral n°2011-1479 fixant les conditions d’importation des végétaux comme organisme nuisible de quarantaine inconnu sur le territoire dont l’introduction et la dissémination doit être interdite. En métropole, elle a été détectée pour la première fois en Corse en 2008 et s’est depuis disséminée dans le sud-est et l’ouest de la métropole.

Répartition mondiale de T. absoluta

Répartition mondiale de T. absoluta, source EPPO (cliquer pour agrandir)

Description

La mineuse de la tomate est un microlépidoptère de la famille des Gelichiidae qui n’a jamais été détecté sur notre île. Les adultes mesurent entre 6 et 7 mm de long pour environ 10 mm d’envergure. Ils sont gris argenté avec des taches sombres sur les ailes antérieures. Les ailes postérieures sont étroites et frangées. Les antennes sont filiformes, alternant segments claires et foncés et représentent 80 % de la longueur du corps. Les femelles peuvent pondre jusqu’à 260 œufs dans leur vie. Les oeufs sont positionnés sur la face inférieure des feuilles et on peut compter entre 10 et 12 générations par an en milieu tempéré. Après 4 ou 5 jours, les œufs éclosent. Les larves passent par différents stades avec des couleurs différentes, de couleur crème puis verdâtre et enfin rose claire. Ce sont les larves qui occasionnent les mines sur les feuilles et creusent même les tiges. Elles ont pour signe distinctif 2 bandes noires étroites sur la tête. Après une quinzaine de jour, les larves se nymphosent soit sur les feuilles, soit dans les mines, soit au sol. Au bout d’une dizaine de jours, l’adulte émerge. Les adultes vivent entre 6 et 7 jours pour les mâles et 10 à 15 jours pour les femelles. Le cycle complet varie grandement en fonction de la température. Il peut atteindre 76 jours à 14°C et diminuer à 23 jours à 27°C.

tuta cycle 3

Cycle de vie à 27°C de Tuta absoluta, source V. Duffourc, R. Fontaine ; FDGDON (cliquer pour agrandir)

Dégâts

Sa principale plante hôte est la tomate mais elle peut également s’attaquer à d’autres Solanacées cultivées comme l’aubergine, la pomme de terre, le poivron ou le pepino. Les espèces ornementales comme le Datura, ou sauvages comme la morelle, ne sont pas épargnées.

Cet insecte est considéré comme l’un des plus redoutables ravageurs de la tomate. En effet, la larve peut générer des pertes pouvant aller jusqu’à 80 à 100 % de la production. La larve peut s’attaquer à tous les organes de la plante.

Les jeunes larves attaquent d’abord les parties jeunes : l’apex, les folioles et les fleurs. Sur les feuilles, les galeries (ou mines) formées sont irrégulières et beaucoup plus larges que celles des mouches mineuses (Lyriomyza sp.). L’intérieur de la feuille est dévoré entièrement et seul l’épiderme est laissé intact. On observe alors des plages blanchâtres sur les feuilles. Au gré de son développement, la larve très mobile se déplace sur d’autres feuilles de la plante laissant derrière elle une mine remplie de déjections. Avec le temps, les galeries se nécrosent et prennent une teinte sombre. La plante finit par dépérir. La mineuse peut également s’en prendre aux tiges des plants, aux jeunes plants repiqués et au semis.

Tous les stades du fruits sont attaqués de leur formation à leur maturité. On observe des galeries et des nécroses sur le calice et des trous de sorties sur les fruits qui sont alors invendables. Une même larve peut s’attaquer à plusieurs fruits de la même grappe.

 

Pour présaffiche voyageur 1berver l’agriculture réunionnaise notamment la production de tomate, n’importez pas ou ne ramenez pas dans vos bagages des Solanacées (Tomates, pomme de terre…) en provenance de Mayotte. De manière générale, il est obligatoire et indispensable de respecter la réglementation sur l’introduction des végétaux à La Réunion (Arrêté préfectoral n°2011-1479 du 3 septembre 2011 modifié)

En cas de symptômes sur vos Solanacées, n’hésitez pas à contacter :

– La DAAF/SALIM : 0262 33 36 68 ou 0262 33 36 70

– La FDGDON (OVS végétal) : 0262 45 20 00 ou 0262 49 92 15

– La Chambre d’agriculture : 0262 96 20 50

 

Voici également la note nationale Tuta absoluta et la fiche descriptive du LNPV

icone_pdf

Note d’Alerte nationale Tuta absoluta

icone_pdf

Fiche descriptive LNPV